Ambulancier(e) et Auxiliaire Ambulancier(e)

AMBULANCIER ET AUXILIAIRE AMBULANCIER

La formation est régie par l’Arrêté du 11 avril 2022 relatif à la formation conduisant au diplôme d’État d’ambulancier et aux conditions de formation de l’auxiliaire ambulancier

https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000045593318

Le diplôme d’Etat d’ambulancier atteste de l’acquisition des compétences requises pour exercer le métier d’ambulancier. Les missions et activités de l’ambulancier sont définies dans le référentiel d’activités qui figure à l’annexe I du présent arrêté.

Le diplôme d’Etat d’ambulancier atteste de l’obtention et de la validation des cinq blocs de compétences définis dans le référentiel de compétences figurant en annexe II du présent arrêté pour l’exercice de la profession. Ce référentiel fixe pour chaque bloc de compétences requis la liste des compétences et les critères d’évaluation de chaque compétence.

Le diplôme d’Etat est enregistré au niveau 3 du cadre national des certifications professionnelles. Il est délivré par le préfet de région aux personnes ayant suivi, sauf dispense partielle dans les cas prévus par le présent arrêté, la totalité de la formation définie en annexe III du présent arrêté et validé les cinq blocs de compétences requis, ainsi qu’aux personnes ayant validé les acquis de leur expérience en vue de l’obtention de la certification.

Le référentiel de formation de l’annexe III du présent arrêté précise les modalités d’acquisition de chaque compétence et les modalités d’évaluation de chaque bloc de compétences. Il décrit les contenus et la durée des modules de formation théorique ainsi que les objectifs des périodes de suivi de la formation en milieu professionnel.

 

CONTENU ET ORGANISATION PÉDAGOGIQUE DE LA FORMATION D’AMBULANCIER 

Les instituts de formation organisent au moins deux rentrées en formation par an, dont les dates sont définies en accord avec l’agence régionale de santé territorialement compétente. L’Ifms est habilité à accueillir  12 élèves ambulanciers par session de formation.

D’une durée totale de 801 heures, la formation est organisée conformément au référentiel de formation prévu à l’annexe III du présent arrêté. Elle comprend des enseignements théoriques et pratiques organisés en institut ou à distance et une formation réalisée en milieu professionnel.
La formation théorique et pratique est d’une durée totale de 556 heures. La formation en milieu professionnel comprend 245 heures correspondant à un total de sept semaines de 35 heures.

La formation a un coût de 4 600 €*  avec possibilité de prise en charge financière à voir avec l’institut de formation (tarif variable suivant dispense de diplôme, devis à demander) *TARIF 2021

La formation théorique et pratique comprend dix modules et un suivi pédagogique individualisé des apprenants, dont le contenu et le volume horaire sont décrits dans le référentiel de formation en annexe III du présent arrêté.
L’enseignement théorique peut être réalisé à distance en fonction des modules concernés. Il est réalisé sous forme de cours magistraux, de travaux dirigés ou de travaux pratiques en petits groupes permettant l’apprentissage progressif des gestes et techniques nécessaires à l’acquisition des compétences.

 

PROGRAMME DE FORMATION

5 blocs de compétences répartis en 10 modules de formation permettant l’acquisition de 11 compétences.


Blocs de compétences

Compétences

Modules de formation

Durées des modules de
formation
en heures

Modalités d’évaluation
du bloc de compétences

Critères d’évaluation

Bloc 1. – Prise en soin du patient à tout âge de la vie dans le cadre de ses missions

1. Etablir une communication adaptée pour informer et accompagner le patient et son entourage

Module 1. Relation et communication avec les patients et leur entourage

70

– Evaluation comportant une pratique simulée ciblant un patient âgé ou handicapé ou porteur d’un appareillage médical
– Evaluation des compétences en stage

1. – Pertinence de l’identification de la situation relationnelle
2. – Qualité de la communication et des échanges auprès du patient et de son entourage
3. – Pertinence des informations et conseils apportés au patient et à son entourage
4. – Pertinence de l’identification des capacités du patient et des choix effectués pour mobiliser ses ressources
5. – Conformité des modalités d’installation, de mobilisation des patients
6. – Pertinence de l’organisation et de l’aménagement de l’espace dans le véhicule adapté au transport sanitaire terrestre
7. – Pertinence de l’identification des risques, pour le patient, pour soi-même et ses coéquipiers et des mesures prises
8. – Pertinence des informations recherchées au regard des soins d’hygiène et de confort à réaliser
9. – Conformité des modalités de réalisation des soins aux règles de bonnes pratiques
10. – Pertinence de la personnalisation des soins d’hygiène et de confort à partir de l’évaluation de la situation
11. – Analyse de la qualité du soin d’hygiène et de confort réalisé

2. Accompagner le patient dans son installation et ses déplacements en mobilisant ses ressources et en utilisant le matériel adapté

Module 2. Accompagnement du patient dans son installation et ses déplacements

70

3. Mettre en œuvre des soins d’hygiène et de confort adaptés aux besoins et à la situation du patient

Module 3. Mise en œuvre des soins d’hygiène et de confort adaptés et réajustement

35

Bloc 2. – Réalisation d’un recueil de données cliniques et mise en œuvre de soins adaptés à l’état du patient notamment ceux relevant de l’urgence

4. Apprécier l’état clinique du patient dans son domaine de compétences

Module 4. Appréciation de l’état clinique du patient

105

– Attestation de formation GSU niveau 2
– Evaluation comportant une pratique simulée (permettant la validation de la formation GSU 2)
– Evaluation des compétences en stage

1. – Pertinence des informations recherchées au regard d’une situation donnée
2. – Conformité des modalités de recueil des données et des paramètres
3. – Pertinence des informations recueillies et des risques identifiés
4. – Pertinence du choix des soins notamment ceux relevant de l’urgence à mettre en œuvre
5. – Conformité des modalités de réalisation des soins notamment ceux relevant de l’urgence
6. – Pertinence des actions mises en œuvre

5. Mettre en œuvre les soins adaptés à l’état du patient notamment ceux relevant de l’urgence

Module 5. Mise en œuvre de soins adaptés à l’état du patient notamment ceux relevant de l’urgence

105

Bloc 3. – Transport du patient dans le respect des règles de circulation et de sécurité routière

6. Réaliser la préparation, le contrôle et l’entretien du véhicule adapté au transport sanitaire terrestre afin de garantir la sécurité du transport

Module 6. Préparation, contrôle et entretien du véhicule adapté au transport sanitaire terrestre

7

– Evaluation des compétences en stage en entreprise de transport

1. – Pertinence des vérifications réalisées sur le véhicule adapté au transport sanitaire terrestre
2. – Pertinence du repérage des anomalies et des dysfonctionnements et des actions correctives mises en œuvre
3. – Conformité des opérations d’entretien courant du véhicule adapté au transport sanitaire terrestre
4. – Conformité de la conduite du véhicule adapté au transport sanitaire terrestre aux règles de circulation et de sécurité routière
5. – Pertinence de l’adaptation de la conduite à la situation du patient

7. Conduire le véhicule adapté au transport sanitaire terrestre dans le respect des règles de circulation et de sécurité routière et de façon adaptée à l’état de santé du patient

Module 7. Conduite du véhicule adapté au transport sanitaire terrestre dans le respect des règles de circulation et de sécurité routière et de l’itinéraire adapté à l’état de santé du patient

21

Bloc 4. – Entretien des matériels et installations du véhicule adapté au transport sanitaire terrestre en tenant compte des situations d’intervention

8. Utiliser des techniques d’entretien du matériel et des installations adaptées, dans son domaine de compétences, en prenant en compte la prévention des risques associés

Module 8. Entretien du matériel et des installations du véhicule adapté au transport sanitaire terrestre et prévention des risques associés

35

– Etude de situation identifiée en stage / Etude de situation pouvant comporter une pratique simulée
– Evaluation des compétences en stage

1. – Pertinence de la préparation des opérations d’entretien en fonction de la situation
2. – Pertinence de l’analyse de l’application des règles (de qualité, d’hygiène/ de sécurité / d’ergonomie / de traçabilité / liées aux circuits d’entrée, de sortie, et de stockage du linge, des matériels et des déchets
3. – Conformité du nettoyage, de la désinfection, et de la décontamination du matériel et des installations
4. – Pertinence du repérage et du traitement des anomalies
5. – Conformité de la vérification de la fonctionnalité des matériels, équipements et installations utilisés
6. – Pertinence dans la démarche d’analyse critique d’un dysfonctionnement

9. Repérer, signaler, traiter les anomalies et dysfonctionnements en lien avec l’entretien du véhicule, du matériel et des installations et en assurer la traçabilité

Bloc 5. – Travail en équipe et traitement des informations liées aux activités de transport, à la qualité / gestion des risques

10. Rechercher, traiter, transmettre les informations pertinentes pour assurer la continuité et la traçabilité des soins et des activités et transmettre ses savoir-faire professionnels

Module 9. Traitement des informations

35

– Etude de situation pouvant comporter une pratique simulée
– Evaluation des compétences en stage

1. – Pertinence de l’analyse des situations et du recueil des informations
2. – Fiabilité et pertinence des informations transmises
3. – Qualité des informations sur les activités et les savoir-faire transmis
4. – Pertinence des actions correctives mises en œuvre
5. – Pertinence dans l’identification et la prise en compte du champ d’intervention des différents acteurs
6. – Pertinence de l’organisation de sa propre activité
7. – Qualité de la participation à la démarche professionnelle collective
8. – Inscription de ses interventions dans la démarche qualité de la structure
9. – Pertinence de la démarche d’amélioration de sa pratique professionnelle
10. – Pertinence de l’évaluation de ses propres besoins en formation

11. Organiser et contrôler son activité, coopérer au sein d’une équipe pluriprofessionnelle et améliorer sa pratique dans le cadre d’une démarche qualité / gestion des risques

Module 10. Travail en équipe pluri professionnelle, qualité et gestion des risques

70
   
Suivi pédagogique

3
   

 

Organisation et répartition des stages (en heures) 

3 types de stages permettant la validation des compétences avec une souplesse laissée aux instituts de formation d’ambulanciers dans le choix des lieux pour une période de 105 heures :

– parcours Médecine d’urgence Adulte / Enfant (Service des urgences / SAMU -SMUR) : 70 heures ;
– entreprise Transport sanitaire 70 heures ;
– structures de soins de courte et longue durée, soins de suite et réadaptation, EHPAD, enfant et adulte, psychiatrie et santé mentale en fonction du projet pédagogique de l’IFA et du parcours professionnel antérieur de l’élève : 105 heures.

 

EQUIVALENCES DE COMPÉTENCES ET ALLÈGEMENTS DE FORMATION 

Sous réserve d’être admis à suivre la formation dans les conditions fixées par le présent arrêté, des équivalences de compétences, de blocs de compétences ou des allégements partiels ou complets de certains modules de formation sont accordés aux élèves titulaires des titres ou diplômes suivants :

1° Le diplôme d’Etat d’aide-soignant ;
2° Le diplôme d’Etat d’auxiliaire de puériculture ;
3° Le diplôme d’assistant de régulation médicale ;
4° Le diplôme d’Etat d’accompagnant éducatif et social ;
5° Le titre professionnel d’assistant de vie aux familles ;
6° Le titre professionnel d’agent de service médico-social ;
7° Le titre professionnel de conducteur livreur sur véhicule utilitaire léger ;
8° Le certificat de qualification professionnelle d’assistant médical ;
9° Le baccalauréat professionnel accompagnement, soins et services à la personne ;
10° Le baccalauréat professionnel services aux personnes et aux territoires ;
11° Le baccalauréat professionnel conducteur transport routier de marchandises.

Les personnes titulaires de l’un des diplômes permettant l’exercice des professions d’infirmier, de masseur-kinésithérapeute, de pédicure-podologue, d’ergothérapeute, de psychomotricien, de manipulateur d’électroradiologie médicale et de technicien de laboratoire médical qui souhaitent obtenir le diplôme d’Etat d’ambulancier bénéficient de mesures d’équivalences de certains blocs de compétences selon les modalités fixées à l’annexe X du présent arrêté.

Les titulaires d’un diplôme d’ambulancier délivré par un Etat membre de l’Union européenne ou un autre Etat partie à l’accord sur l’Espace économique européen dans lequel la formation n’est pas réglementée ou présente des différences substantielles avec la formation au diplôme d’Etat français d’ambulancier sont dispensés du processus de sélection. La dispense de certains modules de formation, voire une équivalence de blocs de compétences, peut être accordée par le directeur de l’institut, après avis de la section compétente pour le traitement pédagogique des situations individuelles des élèves, sur la base d’une comparaison entre la formation suivie par les candidats et les modules de formation du diplôme d’Etat d’ambulancier.

 

AUXILIAIRE AMBULANCIER

L’auxiliaire ambulancier est habilité à assurer la conduite du véhicule sanitaire léger et de l’ambulance. Il peut également être l’équipier de l’ambulancier dans l’ambulance.

Le professionnel titulaire du poste d’auxiliaire ambulancier doit disposer :

– d’un permis de conduire hors période probatoire, conforme à la réglementation en vigueur et en état de validité ;
– de l’attestation préfectorale d’aptitude à la conduite d’ambulance après examen médical effectué dans les conditions définies à l’article R. 221-10 du code de la route ;
– d’un certificat médical de non-contre-indications à la profession d’ambulancier délivré par un médecin agréé ;
– d’un certificat médical de vaccinations conformément à l’article L. 3111-4 du code de la santé publique ;
– d’une attestation de formation de 70 heures avec évaluation des compétences acquises. Cette formation porte sur l’hygiène, les principes et valeurs professionnelles, la démarche relationnelle envers les membres de l’équipe et les patients, les principes d’ergonomie et les gestes et postures adaptés lors des mobilisations, des aides à la marche, des déplacements et des portages ou brancardages, et les règles du transport sanitaire. Cette formation est délivrée par les instituts de formation autorisés pour la formation au diplôme d’Etat d’ambulancier. Lorsque le directeur de l’institut de formation constate, en accord avec l’équipe pédagogique ayant réalisé la formation de 70 heures, que les compétences acquises ne permettent pas d’exercer en tant qu’auxiliaire ambulancier, l’attestation de formation n’est pas délivrée. Cette décision est motivée par écrit et notifiée à la personne ayant suivi la formation ;
– de l’attestation de formation aux gestes et soins d’urgence de niveau 2.